Lama Pai

Histoire

La création du Lama tibétain serait attribuée au moine Ah Dat Ta, né en 1426. Avant de devenir moine, il avait étudié le Shuai Jiao (style de lutte, clés et contrôles par des saisies). Après, il passa plusieurs années seul en montagnes pour étudier les textes bouddhistes et amélioré son art martial. Il fût témoin d’un combat entre un grand singe et une grue. Il fût tellement impressionné qu’il s’inspira des grands et puissants mouvements du singe pour ses saisies et de l’agilité ainsi que la précision de la grue pour les esquives et les frappes. Le style, étant basé sur le nombre huit, s’appela d’abord «Véritable essence des huit caractères» et devint ensuite le «Rugissement du Lion» pour finalement s’appeler simplement Lama Pai, style des Lama (moine).

Le Lama fit son apparition dans le sud de la Chine verse la fin de la dynastie Ching (1644-1911). Bien que pratiqué depuis de nombreuses générations au Tibet, ce style devint célèbre en China qu’à l’arrivée du moine tibétain Sing Lung. À son arrivé dans la province de Kwan Tung, il maîtrisa le pirate le plus puissant, Chang Pao Chai, puis erra dans le pays jusqu’à son installation au Chin Yun Temple (Temple du nuage béni). Suite au décès du moine qui présidait le temple, il devint Abbé en chef du temple et combattit plus tard Wang Ping connu comme le Tigre de Chao Ching et un des héros du Sud des Cinq Corniches. Lorsque Wang vit la supériorité de Sing Lung, ils devinrent amis. Étant donné que Wang était laïque et ne pouvait apprendre lui-même le style, il envoya son fils, Wong Yin Lin, pour qu’il devienne moine et puisse apprendre le Lama.

Wong Yin Lin retourna chez lui à la mort de son maître et voyagea ensuite du nord vers le centre de la Chine. Il travailla avec des escortes pour la protection des voyageurs et devint le chef d’un groupe connu comme les escrimeurs des voyageurs. Il revint éventuellement chez lui et bâtit une plateforme pour des combats. Il défia plus de 150 autres adeptes des arts martiaux et ne fut jamais perdant. Un peu plus tard, il fut élu au Kwang Tung Sup Fu, les dix Tigres de Kwan Tung, qui sont les «top ten» du kung-fu en Chine. Il se hissa à la première position et enseigna à de nombreux étudiants. De plus, par ses nombreux exploits et son implication dans la révolution contre les Manchou, il fût surnommé Haap, héro ou chevalier.

Parmi eux, Li Yin Chuan qui enseigna pendant de nombreuses années ensuite à Tsai Yi Kung. Voyant que ce dernier se consacrait entièrement à son art, Li le présenta à son maître, Wong Yin Lin, avec qui il s’entraîna tous les jours jusqu’au décès du maître, apprenant ainsi le style du Lama au complet. Tsai supporta la révolution anti-Ching et fut forcé de se réfugier au Japon. Pendant son séjour, il servit de garde du corps à Sun Yat Sen. Il retourna en Chine puis s’installa à Hong Kong. Ces étudiants les plus connus furent Kung Yi Chi et Chen Jeun Ng. Chen fut un artiste martial renommé pour ses combats en Chine et à Hong Kong.

Le style s’est ensuite divisé en plusieurs branches, dont le Haap Garr (style du héro) d’après le surnom de Wong Yin Lin, le Hung Garr, le Hop Garr et plusieurs autres qui ont conservé l’influence du Lama Pai.

Formes

Niveau 1

  • Lama I

Niveau 2

  • Lama II

Niveau 3

  • Lama III
  • Mi Tsun

Niveau 4

  • Lama IV (Paume de Buddha)
  • Grand Singe Hop Garr

Niveau 5

  • Lama V (Grand Héron)