Le Kung Fu de l’Aigle

Cet art martial appartient aux styles exotiques comme le Coq, la Mante Religieuse et le Drunken Fist. C’est un vieux style qui nous vient d’un mélange de la « longue main » ou du « long poing » et de l’art des saisies. Autrefois travaillé sur un système qui s’apparente à Shaolin, c’est à dire sur des déplacements verticaux (pieux), il est maintenant enseigné comme le « long poing » qui est linéaire.

On le considère comme un petit style avec peu de formes, mais nous conservons la façon ancienne de travailler ce style à l’école. Un geste, une action, un déplacement. À mon avis, c’est la seule façon de ne pas perdre l’essence de cet art ancien. La particularité de l’Aigle se trouve dans les sauts, donc l’envol de l’oiseau et dans les saisies à trois doigts comme les serres de l’oiseau. Les actions sont très linéaires, un geste à la fois ou en même temps que le déplacement. Pour ce qui est des saisies, il fonctionne un peu comme le style du Tigre. Il piège et attend ensuite pour profiter de la réaction ou la défense de l’adversaire pour l’attaquer. Le style de l’aigle est très externe, il développe la capacité à saisir rapidement, mais ne développe en aucun cas l’aspect interne.

Dans les styles dits « de mains », on remarque trois tendances différentes, soit les saisies molles comme le Singe en attente de réaction, les saisies plus subtiles comme le Serpent et le Wing Chun et les saisies plus provocatrices comme celles de la Mante Religieuse du Tigre et de l’Aigle.

Les autres familles de Kung Fu ne sont pas mentionnées, car elles ne basent pas leurs stratégies sur les saisies, même si elles sont parfois utilisées comme dans le style de la Grue, de la Panthère ou du Dragon.

Bonne pratique… À suivre, le Drunken Fist.

Sifu Alain Guébenne